Log in
updated 8:45 AM CEST, Oct 4, 2018

En Normandie

A vos Agendas !

Rendez-vous le 24 mai 2018 de 13h à 17h30

au Centre des Congrès de Caen

pour le lancement d’un collectif normand

 

 

 

P1020560VR1

Un projet qui répond à la commande publique

Questions à Philippe Lecaux, ancien directeur du CPFA Centre promotionnel de formation à l’autonomie (Agapei), pilote du collectif de Normandie.

 

Comment avez-vous Procédé ?


Dès 2015, nous avons été séduits par l’initiative bretonne et avons échangé avec des directeurs d’établissements.
Rapidement, deux établissements normands se sont associés pour construire Un avenir après le travail, leCPFA et l’ETP Saint-James. Avec la Maia méthode
d’action pour l’intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’autonomie et un cabinet-conseil, nous avons constitué le collectif Sud-Manche.

Quelle motivation vous rassemble ?


Nous sommes confrontés au vieillissement des personnes que nous accueillons et le phénomène va s’amplifer. Notre idée est de fédérer davantage d’acteurs
autour de cette problématique. Nous souhaitons donc proposer une réunion régionale au printemps prochain pour faire connaître notre démarche, échanger nos
pratiques et élaborer une dynamique régionale. Nous devons aujourd’hui répondre à la commande publique et ce projet va nous le permettre. A nous de construire
les partenariats nécessaires et pertinents pour y parvenir avec la carsat, la caisse d’allocations familiales,
France bénévolat…

IMG 20171107 WA0006

« repenser le vivre ensemble »

Sylvie Blocket est directrice de l’ETP de Saint-James après une expérience dans le secteur sanitaire et en ehpad 

« Il faut sortir du clivage qui existe entre les structures pour les personnes âgées et celles pour les personnes en situation de handicap.
Ce projet nous intéresse car il envisage une réponse globale. Nous devons ensemble travailler sur la mobilité, un habitat adapté, l’accessibilité aux droits, la mise en place de partenariats au niveau territorial, la formation des professionnels notamment d’animateurs retraite.

La vision de la société et aussi celle des professionnels doit reconsidérer tout ce qui fonde le “vivre ensemble”. Aux professionnels de s’adapter à la demande et aux besoins de la personne, quels que soient son âge et son handicap… pas l’inverse ! Les personnes que nous accompagnons doivent pouvoir vivre pleinement leur citoyenneté.»

 

Propos recueillis par Tugdual Ruellan